la critique en confinement

La lutte contre le coronavirus est-elle compatible avec la démocratie ?
On pourrait croire que non, à voir les régimes autoritaires encensés pour leurs performances dans l’éradication de l’agent pathogène. Foyer du covid-19, l’État chinois est cité en exemple après avoir mis sous cloche des centaines de millions de personnes. Son voisin russe réalise quant à lui le prodige de tenir la maladie hors de ses frontières tout en préparant la présidence ad vitam æternam de son chef. Même Singapour, dictature microscopique et richissime, suscite des admirateurs dans la presse la plus respectable en maximisant son contrôle social*. Parmi les États les moins fréquentables du monde, il n’y a guère que la République islamique d’Iran qui soit débordée. Qu’importe : entre la tyrannie des Saoud et celle des mollahs, les Occidentaux avaient déjà choisi.

De nos pays que l’agitation parlementaire peut faire prendre pour d’authentiques démocraties, en passe néanmoins de subir une saignée historique, certains regardent avec un peu d’envie ces lointains despotats où les virus sont soignés grâce aux bons offices de la police politique. Dans l’Europe désolée, seule l’Italie détonne par ses mesures radicales, et cet État jamais complètement unifié semble pour une fois en mesure de donner des leçons de jacobinisme à la patrie de la monarchie absolue et de la Révolution. Il est vrai que la Ve République, édifiée sur le mythe de la stabilité, dotée d’un président omniprésent et omniscient, législateur de facto, juge à ses heures perdues, a connu un coupable retard à l’allumage, et que l’autre plus vieil « État-nation » d’Europe, le Royaume-(Encore)-Uni, compte sur l’immunité collective comme d’autres espèrent le Messie.

Dans ce contexte, cantonnés dans nos appartements pour les plus chanceux, condamnés à aller au turbin pour les autres, à l’hôpital, dans les supermarchés ou sur les plateformes logistiques de la distribution de colis et de marchandises, la tentation est grande de se taire, de simplement laisser passer l’orage. L’opinion ne soutient-elle pas majoritairement la gestion du gouvernement, comme en témoigne un récent sondage ? « Nous sommes en guerre », a répété sept fois le président jupitérien lors de son allocution du 16 mars. Et la guerre, comme chacun sait depuis août 14 : c’est l’Union sacrée.

C’est en tout cas le pari qu’a fait l’exécutif, en déployant, cache-misère de ses insuffisances, l’insidieuse rhétorique de la culpabilisation. Le coronavirus se propage ? La faute aux promeneurs du dimanche, qui n’ont pas compris la gravité de la situation, alors qu’on leur serinait depuis plus d’un mois d’éternuer dans leur coude et d’éviter les embrassades. On aimerait pourtant connaître le nombre de citoyens contaminés le 15 mars, jour où ce même exécutif a, souverainement et en dépit de toutes les alertes, convoqué 44 millions d’électeurs aux urnes, exposant plus particulièrement 100 000 à 200 000 présidents, assesseurs et scrutateurs des bureaux de vote au virus…
À responsabilité, responsabilité et demie.

Car c’est bien la responsabilité politique de nos dirigeants qu’il faudra examiner in fine, par tous les moyens possibles : commission d’enquête parlementaire et pourquoi pas procès en destitution. Il s’agira notamment de comprendre pourquoi le ministère de la santé a attendu le 21 mars pour « faire évoluer la stratégie de dépistage », ou comment les masques ont été massivement destockés par les derniers gouvernements. Dans le même ordre d’idées, il faudra surtout instruire le procès du désossage de l’hôpital public, car les dégâts causés par l’épidémie dans les pays européens tiennent moins à la dangerosité intrinsèque du covid-19 qu’à une politique délibérée de diminution des moyens dédiés à la santé.
Sans même attendre cette épreuve de vérité, un autre combat s’impose déjà, contre la politique antisociale d’un gouvernement décidé à annihiler la durée maximale du travail et à ratiboiser les congés payés par ordonnances au nom de l’ « urgence économique ». Mais comment faire, alors que la liberté de réunion et de manifestation est anéantie par un « état d’urgence sanitaire » accepté sous la contrainte de la psychose collective ? Des voix s’élèvent pourtant pour questionner la politique de confinement des individus non-porteurs, lorsque d’autres pays, tels la Corée du Sud, ont priorisé les dépistages systématiques.

Le covid-19 ne signe pas la fin du mouvement social engagé par la révolte des gilets jaunes et poursuivi par la mobilisation contre la retraite à points. Il lui donne au contraire une vigueur nouvelle, des arguments nouveaux, qui se comptent malheureusement en vies humaines. Il dresse l’acte d’accusation d’un système marqué par trois tendance totalement intriquées : l’abandon des plus fragiles, la réduction des libertés publiques et la captation de la souveraineté populaire par une minorité privilégiée. Sans un puissant effort critique, sans une révolte des consciences, ce système qu’on pourrait croire au bord du gouffre pourra soit trouver un nouveau ressort, soit accoucher de sa forme la plus détestable.
Alors, oui à l’esprit civique ; non à l’union sacrée.


*Le Monde du 21 mars, « Singapour s’érige en modèle, sans confiner ».
Ce contenu a été publié dans histoire au présent. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à la critique en confinement

  1. sébastien dit :

    très bon résumé de la situation, mais si par bonheur l’hôpital parvient à contenir l’épidémie, les noé-lib’ auront beau jeu de dire que le système continue de très bien fonctionner comme ça, la preuve : on a buté le Covid-19 !

    Si l’hôpital est débordé et que les réquisitions de cliniques privées s’imposent, ils diront alors : le système mixte public-privé fonctionne très bien, la preuve en cas de pandémie, les cliniques privés se sont mobilisées (c’est déjà le cas des réanimateurs du privé qui supplient qu’on les réquisitionnent, un comble non, on bien plutôt un très mauvais plan com’ ?).

    Bref, ils vont avoir du mal à lutter contre l’élan de sympathie qui va entourer nos soignants durant les prochains mois, mais une fois le souffle du dragon éloigné, ils reprendront de plus belle la gestion de la société par le chiffre, mais personne n’avouera jamais en haut-lieux que le confinement est avant tout dû à l’impréparation du système global de santé français que ce soit en nombre de lit « d’urgence » quand profondeur des stocks – laquelle a été budgétairement organisée depuis 20 ans – plutôt qu’à la dangerosité du Covid-19.

    La grippe de Hong-Kong a fait 25 000 morts en France en 1968… qui s’en souvient ?

    • Alphée Roche-Noël dit :

      Merci de ton commentaire, Sébastien.
      Une fois « le souffle du dragon éloigné », pour reprendre ton expression, il est à craindre que, lorsque le sage montrera la lune, le fou ne recommence à regarder le doigt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *